• Facebook
  • YouTube
  • Instagram
  • LinkedIn

​© 2020- Sebastien Beaucourt                                                                                                                                                                                         

Quelle est la nature de l’astre brillant à côté de la Lune sur le tableau de Caspard David Friedrich ?

August 3, 2018

Quelle est la nature de l’astre brillant à côté de la Lune sur le tableau Deux hommes contemplent la Lune de Caspard David Friedrich ?

 

Caspard David Friedrich (1774-1840) est un peintre paysagiste allemand. L’un de ses tableaux les plus connus s’intitule Deux hommes contemplent la Lune. Friedrich a réalisé trois versions de ce tableau. La première version est exposée à la Galerie Neue Meister de Dresde. Dans la deuxième version, la scène est la même, mais les deux personnages ont été changé, ainsi que le nom du tableau Un homme et une femme contemplent la Lune. Cette version est exposée à la Nationale Galerie de Berlin. Pour la troisième version, Friedrich semble avoir repris sa version initiale. Ce dernier tableau est visible au Metropolitan Museau of Art de New York.

 

Dans les trois tableaux, à droite du croissant de Lune, un corps céleste brillant est représenté. S’agit-il d’une étoile ? D’une planète ? A partir des correspondances de l’artiste et des calculs astronomiques, Donald Olson, astronome à l’Université du Texas, a mené l’enquête.

 

CONSIDÉRATIONS ASTRONOMIQUES

Le tableau montre clairement un coucher de Lune, car le croissant, c'est à dire la partie de la Lune directement éclairée par le Soleil, est tourné vers la droite. Il nous indique la direction du Soleil, qui se situe donc sous l’horizon, dans la partie droite du tableau. Il vient de se coucher depuis quelques minutes, les lueurs du crépuscule éclairent encore l’horizon. Les personnages regardent donc dans la direction de l’ouest. La taille du croissant de Lune nous indique que nous sommes  deux ou trois jours après la nouvelle lune.

 

D’un point de vue astronomique, deux hypothèses peuvent être envisagées pour expliquer la présence de l’astre brillant qui accompagne la Lune. Il s’agit soit d’une étoile brillante située le long de l’écliptique (Aldébaran, Régulus, Spica …), soit de l’une des cinq planètes visibles à l’œil nu (Mercure, Vénus, Mars, Jupiter ou Saturne).

 

Pour retrouver la trace d’un évènement astronomique, nous avons besoin de deux informations importantes : la date, ainsi que le lieu où l’événement fut observé. Dans un premier temps, il faut  donc connaitre à quelle période le tableau a été réalisé. Dans un deuxième temps, il faudra  déterminer le lieu représenté.

 

UN HOMME ET UNE FEMME CONTEMPLENT LA LUNE de Caspar David Friedrich.

(Nationale Galerie de Berlin)

 

DE QUAND DATE LE TABLEAU ?

D’après les historiens de l’art, le tableau exposé à Dresde est la première version réalisée par l’artiste. Le peintre norvégien Johan Christian Dahl (1788-1857) témoigne avoir vu ce tableau dans l’atelier de Friedrich en 1819. Ce témoignage se recoupe avec celui de l’artiste Peter von Cornelius, qui dit avoir vu le tableau dans l’atelier de Friedrich en avril 1820. La scène représentée date donc d’avant 1819.

 

QUEL PAYSAGE EST REPRÉSENTÉ ?

Pour les spécialistes du Metropolitan Museau of Art de New York, les deux personnages représentés sur le tableau sont Friedrich lui-même, accompagné de l’un de ses étudiants, August Heinrich, qui venait de décéder. Le peintre aurait alors réalisé son tableau en se remémorant les longues balades qu’il pouvait faire ensemble à Krippen, un petit village situé dans les montagnes proches de Dresde.

 

D’après sa correspondance, nous savons que Friedrich séjourna à Krippen pendant deux mois, entre mai et juin 1813, notamment pour fuir le repli des troupes napoléoniennes après la campagne de Russie.

 

QUEL EST LA NATURE DE L’ASTRE ?

Les calculs astronomiques nous indiquent que, pendant cette période, deux nouvelles lunes ont eu lieu le 29 mai et le 28 juin.

 

Fin mai 1813, le Soleil se situait devant la constellation du Taureau. Le croissant de Lune fut visible devant les Gémeaux, 9° sous les étoiles Castor et Pollux, les deux étoiles les plus brillantes de cette constellation. Mais aucune planète n'accompagnait la Lune à cette période. Manifestement, cette situation ne correspond pas à celle du tableau.

SIMULATION DE LA CONJONCTION LUNE JUPITER DU 30 JUIN 1813

A L'AIDE DU LOGICIEL STELLARIUM

 

En revanche, le 30 juin, le Soleil se situait devant les Gémeaux. Les étoiles Castor et Pollux se couchaient en même temps que lui, et n’étaient donc pas visibles au crépuscule. Le croissant de Lune fut visible devant le Cancer, une constellation dépourvue d’étoiles brillantes. Cependant, ce soir du 30 juin 1813, le croissant de Lune était accompagné de Jupiter, de magnitude -2, dans la même configuration que la scène du tableau !

 

Il semble donc que Friedrich ai représenté une véritable conjonction sur son tableau, conjonction qu’il aurait lui-même observé lors de ses balades à Krippen.

Please reload

Sommaire :

L'ASTRONOMIE DANS NOTRE VIE QUOTIDIENNE

 

HISTOIRE DE L'ASTRONOMIE

ART ET ASTRONOMIE

LA TERRE

 

LA LUNE

LE SYSTÈME SOLAIRE

 

LA MESURE DU TEMPS

 

AUX ORIGINES DES CONSTELLATIONS

 

LES ASTRONOMES

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now