Bandeau_site_lecielenquestions_05.jpg

Aux origines des constellations : le Sagittaire


L’origine de la constellation est certainement babylonienne. Dans la mythologie mésopotamienne figure déjà des créatures mi-homme mi-cheval. Les tablettes cunéiformes MUL.APIN (qui datent du VIIe siècle av J-C, mais dont les données astronomiques remontent aux XIIIe/XIIe siècles av J-C) le décrivent comme PA.BIL.SAG « le prince étincelant de feu ». Il pourrait s’agir d'une représentation de Nergal, dieu de la peste et de la guerre.


La constellation a subi plusieurs remaniements au cours de l'histoire, suite aux influences des différentes civilisations, et il est bien difficile aujourd'hui d'imaginer dans la disposition des étoiles, la forme d'un centaure tenant un arc. Au mieux y verra t-on la forme d'une théière. La figure restera longtemps hésitante et contestée. Une première version fut un archer bipède, avant de devenir une créature imaginaire bipède à pied de bouc, puis un centaure. Le savant grec Hipparque (190-120 av J-C) finira même par écarter un groupe d'étoiles de la partie basse pour former la constellation de la Couronne Australe. Ce qualificatif d'austral permettra de la distinguer de la couronne d'Ariane, située dans l'hémisphère nord.


L’introduction de cette constellation dans le zodiaque grec est attribué à Cléostrate de Ténédos (vers 550-500 av J-C), sous la forme d’un archer. Aratos (vers 315-240 av J-C) et Ératosthène (vers 283-200 av J-C) ne semblent y voir qu’une créature bipède.

LE SAGITTAIRE TEL QUE LE DÉCRIT ÉRATOSTHÈNE

Du fait de l’hésitation sur sa représentation, le Sagittaire ne prit la forme d'un centaure que tardivement, probablement à partir du IIe siècle avant J-C. C'est d'ailleurs sous cette forme que les Romains connaissent la constellation. Ils la nommeront Sagittarius "l'homme à la flèche", attesté chez Cicéron, mais également Centaurus, avec risque de le confondre avec la constellation du même nom située dans l’hémisphère sud.

LE SAGITTAIRE DANS L'ATLAS DE BAYER (1603)

Pour les grecs, il représente Crotos, fils de Pan et Euphéné. Selon le mythe, il naquit sur le mont Hélicon et tint compagnie aux Muses, dont sa mère était nourrice. Crotos était réputé pour être à la fois un excellent chasseur et un admirateur dévoué des Muses et de leurs arts. Il est considéré comme ayant inventé l'arc et être le premier à utiliser arc et des flèches pour chasser les animaux. Il est dit également avoir inventé les applaudissements, battant des mains au chant des Muses, pour qui c'était un signe de succès préférable à toute manifestation verbale. Pour célébrer sa diligence, les Muses demandèrent à Zeus de le placer parmi les étoiles, ce qu'il fit, faisant de Crotos la constellation du Sagittaire. Divers détails de son image stellaire ont été pensés pour représenter ses vertus : le bas du corps d'un cheval pour ses compétences de cavalier, arc et flèches pour son habilité à la chasse, queue de satyre pour ses relations galantes avec les Muses.


D'un point de vue purement astronomique, on notera que la constellation se situe largement sous l’écliptique, ce qui est le cas également du Scorpion. L'écart important entre les deux constellations est comblé par la présence d’Ophiuchus (le Serpentaire) qui couvre une portion de l’écliptique pratiquement trois fois plus grande que celle du Scorpion. Cependant, chez les Mésopotamiens, la constellation de Pabilsag s'étendait à la fois sur l'actuelle constellation du Sagittaire, mais empruntait également une partie des étoiles d'Ophiuchus.


Au IIe siècle de notre ère, le Sagittaire fera partie de la liste des 48 constellations grecques, référencées dans l'Almageste de Ptolémée. Cet ouvrage arrivera jusqu'à nous par le biais des traductions arabes médiévales.


ORIGINE DU NOM DES ÉTOILES DU SAGITTAIRE :

La plupart des noms d'étoiles proviennent des traductions arabes du Moyen-Age :

CARTE DE LA CONSTELLATION DU SAGITTAIRE. LES ÉTOILES SONT NOMMÉES

SELON LA CLASSIFICATION DE BAYER (lettres grecques).

Rukbat (apha Sgr) : de l'arabe Rukbat al-Rami « le genou de l’archer »

Arkab (bêta Sgr) : de l’arabe urqub « le talon »

Kaus Borealis (lamba Sgr) : de l'arabe al-Qaws « le haut de l’arc »

Kaus Media (delta Sgr) : de l'arabe al-Qaws « le milieu de l’arc »

Kaus Australis (epsilon Sgr) : de l'arabe al-Qaws « le bas de l’arc »

Ain al Rami (nu Sgr) : de l'arabe Ayn al-Rami « l’œil de l’archer »

Nunki (sigma Sgr) : ?

Axilla (zêta Sgr) : du latin médiéval « l'aisselle »

Alnasl (gamma Sgr) : de l'arabe al nasl "la pointe de la flèche"

Arkab (bêta Sgr) : de l’arabe urqub « le talon »



Politique de confidentialité

Conditions d'abonnement

Copyright 2020 - Le temps des Sciences

  • Facebook
  • YouTube
  • Instagram