Lune et sorcellerie

LE SABBAT DES SORCIÈRES, FRANCISCO DE GOYA (1798)

Sur ce tableau, Goya représente des femmes assises sous le clair de Lune. Laides et vieilles, l’une d’elles tient le squelette d’un enfant. Elles vénèrent un bouc représentant le diable.

Selon les croyances populaires, les sorcières tiraient leurs pouvoirs maléfiques de la Lune. De nombreuses études ont montré que les croyances sont des interprétations gratuites de comportement mal connus ou mal interprétés. En effet, de l’Antiquité au Moyen-Age, de nombreuses femmes connaissaient les plantes qui pouvaient soigner ou guérir, mais également donner la mort. Avant l’apparition de la médecine, ce genre de connaissances était interprété comme de la magie. Par ailleurs, les « sorcières » utilisaient des feuilles en forme de croissant, communément appelées herbes de lune. De même, elles utilisaient des serpents, qui comme la Lune à travers ses phases, et le symbole de la régénération.

Comme le montre ce tableau de Goya, la Lune est le réceptacle de nos rêves et de nos fantasmes. Miroir de la psyché humaine, elle condense nos aspirations mais également nos hantises et nos peurs.

Médiateur scientifique professionnel, conférencier, auteur et astrophotographe, Sébastien Beaucourt pratique l'astronomie depuis plus de 20 ans.

Politique de confidentialité

Copyright 2020 - Le temps des Sciences

  • Facebook
  • YouTube
  • Instagram