La 13ème constellation du zodiaque

Contrairement aux signes astrologiques, le zodiaque des astronomes est composé de 13 constellations de tailles variables. Je vous propose de partir à la découverte de la 13ème constellation du zodiaque. Que représente-t-elle ? Où est-elle située ? Quelle est son origine ? Nous allons répondre à ces questions.



LES CONSTELLATIONS DU ZODIAQUE

Dans un article précédent, j’ai déjà eu l’occasion de définir les constellations du zodiaque. Je me contenterai ici de rappeler qu’une constellation fait partie du zodiaque si elle est traversée par l’écliptique. En pratique, treize constellations remplissent cette condition. La treizième constellation est celle du Serpentaire (Ophiuchus en latin, littéralement le porte-serpent), située entre le Scorpion et le Sagittaire. Le Soleil passe devant cette constellation entre le 30 novembre et le 18 décembre. Le Serpentaire n’est pas repris par les astrologues qui divisent l’écliptique en 12 signes de dimensions égales, afin de pouvoir les calquer sur les douze mois de l’année.



ORIGINE DE LA CONSTELLATION

Le Serpentaire est identifié pour la première fois par Ératosthène, au IIIè siècle avant notre ère. Pour le savant grec, le personnage représenterait Asclépios (Esculape pour les Romains), le dieu grec de la médecine. Selon la mythologie, Asclépios aurait tué un serpent et aurait eu la surprise de voir un autre serpent le ranimer à l’aide d’une plante. Le savoir médical d’Asclépios aurait par la suite était tel, qu’il aurait été capable de ressusciter les morts. Cela inquiéta Hadès, dieu des Enfers, qui craignit de ne plus recevoir d’âmes. Hadès convainquit son frère Zeus de foudroyer Asclépios, et de décréter que tous mortels devaient mourir un jour.


S’il n’était qu’un dieu, Asclépios ne serait pas une constellation. Rappelons que pour les Grecs, les planètes sont la représentation des dieux, c’est pourquoi elles portent encore aujourd’hui les noms des divinités gréco-romaines. Asclépios est le seul dieu grec à être mort, par l’intervention de Zeus. C’est cette caractéristique particulière qui lui vaut d’être catastérisé sous la forme d’une constellation.


L’origine de cette constellation reste obscure. Chez les Mésopotamiens, le Serpentaire n’existe pas. Les étoiles de cette constellation font partie de la constellation voisine du Sagittaire. Le Serpentaire apparaît dans le zodiaque grec, à partir du Ve siècle avant notre ère, sous la forme d’un personnage portant un serpent. Il est probable qu’à l’origine, les civilisations antiques aient inventé la constellation du serpent à partir d’une ligne d’étoiles sinueuses. Et que par la suite, on ai éprouvé le besoin d’ajouter une figure humaine pour donner plus de consistance à la constellation, comme ce fut le cas pour les constellations de la Vierge et du Verseau. Quoi qu’il en soit, l’origine de la constellation du Serpentaire nous est inconnue.


DESCRIPTION DE LA CONSTELLATION

Cette figure céleste à la particularité d’être une double constellation, composée d’une figure humaine et d’un serpent. D’un point de vue astronomique, les étoiles de ces deux figures sont identifiées séparément. On a donc bien à faire à deux constellations distinctes. Précisons que la constellation du Serpent est la seule constellation a être divisée en deux parties, la tête (Serpens Caput) et la queue (Serpens Cauda), par le Serpentaire.



BÂTON D'ASCLÉPIOS ET CADUCÉE

L’attribut principal du Serpentaire identifié au dieu grec de la médecine, est le bâton d’Asclépios. Sur ce symbole s'enroule un serpent unique, représentant la connaissance médicale. Il ne doit pas être confondu avec le caducée, attribut de Mercure, symbole du commerce. Le caducée est en effet composé de deux serpents, et se termine par deux petites ailes. Les serpents du caducée, dressés et entrelacés, symbolisent l’union du ciel et de la terre, ainsi que l’éveil de la conscience cosmique.


Pour finir, rappelons que deux des quatre filles d'Asclépios sont principalement connues pour être devenues le symbole du corps médical, au même titre que le bâton d’Asclépios : Panacée (la guérison universelle), et Hygie (la Santé), dont la coupe est l'emblème des pharmacies.

BIBLIOGRAPHIE :

Encyclopédie du ciel, Arnaud Zucker (sous la direction de), Ed : Bouquins/Robert Laffont (2016)

Les noms d'astres et de constellations, André Le Boeuffle, Ed : Les Belles Lettres (1977)

Médiateur scientifique professionnel, conférencier, auteur et astrophotographe, Sébastien Beaucourt pratique l'astronomie depuis plus de 20 ans.


Politique de confidentialité

Copyright 2020 - Le temps des Sciences

  • Facebook
  • YouTube
  • Instagram