L'influence de la Lune sur la tête des femmes


Sur cette estampe anonyme de 1652, nous voyons cinq femmes qui se réjouissent et font une sorte de danse, à la faveur de la pleine lune. Elles portent au-dessus de leur tête un croissant de lune muni d’un œil relié à l’astre lunaire. Ce dernier les observe bien qu’il lui manque un quart du visage. A l’arrière dans la pénombre, quatre hommes semblent chercher le morceau de lune manquant, l’un d’entre eux pointe sa canne en direction des femmes tandis que les deux autres à l’aide de lanternes cherchent au sol.


Au milieu du XVIIe siècle, il était courant d’utiliser l’expression « avoir un quartier de lune dans la tête », pour qualifier une personne bizarre ou folle. Sur le document, la lune est particulièrement néfaste aux femmes, le quartier manquant serait tombé sur leurs têtes achevant de les dérégler.


Cette scène amusante et critique puise ses origines dans les lointaines relations que l’homme entretien avec la lune. Très tôt dans l’histoire, l’homme constata la similitude entre la durée du cycle lunaire et le cycle menstruel de la femme. A partir de là, il considéra la Lune comme un astre féminin, et lui attribua le symbole de la fertilité et de la fécondation. Plus tard, de nombreuses idées reçues attribueront à la femme des attitudes caractéristiques en lien avec sa nature lunaire comme l’inconstance, la versatilité et les sautes d’humeur. A cela s’ajoutent les croyances populaires attribuant à l’astre lunaire des forces obscures et maléfiques sur lesquelles sorcières et magiciennes fondent leurs rituels nocturnes.


Le XVIIe siècle tend à libérer la femme. Rejetant les rôles domestiques dans lesquels elles sont contenues, les femmes s'intéressent de plus en plus aux sciences, aux inventions, aux découvertes, ce que Molière dénoncera avec ses Femmes Savantes. Aux yeux de leurs contemporains, elles sont nombreuses à posséder "un quartier de lune dans la tête" pour s’attaquer à ces sujets masculins.

Sur cette estampe, les femmes assument ces railleries et s’en servent de prétexte pour s’affranchir de leurs soi-disant mauvaises réputations.

Médiateur scientifique professionnel, conférencier, auteur et astrophotographe, Sébastien Beaucourt pratique l'astronomie depuis plus de 20 ans.

90 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Politique de confidentialité

Copyright 2020 - Le temps des Sciences

  • Facebook
  • YouTube
  • Instagram
logo_astrofolio.jpg