Qui était Giovanni Battista Riccioli ?


Cet astronome et jésuite italien fut chargé par l’Eglise catholique de démontrer que la théorie héliocentrique de Copernic était fausse, même s’il semble qu’il ait été relativement séduit par celle-ci. Riccioli est surtout connu pour son Nouvel Almageste, publié en 1651, dans lequel il jeta les bases de la nomenclature lunaire actuelle. Il fut aussi le premier à identifier Mizar de la Grande Ourse comme étoile double.


Né à Ferrare, en Italie, le 17 avril 1598, Giovanni Battista Riccioli entre en 1614 chez les Jésuites, qui assurent son éducation.


Il enseigne pendant plusieurs années la philosophie et la théologie à Parme et à Bologne, avant de se consacrer à l’astronomie à la demande de ses supérieurs. A l’époque, en effet, les théories de Copernic et de Kepler fragilisent le dogme de l’Eglise, et les jésuites souhaitent réfuter la thèse héliocentrique.

SUR LE FRONTISPICE DE L'ALMAGESTUM NOVUM FIGURE ASTREE, DEESSE DE LA JUSTICE. ELLE PESE DEUX SYSTEMES DU MONDE : CELUI DE TYCHO BRAHE L'EMPORTE SUR CELUI DE COPERNIC. EN BAS, PTOLEMEE COMMENTE : JE SUIS CELEBRE ET EN MEME TEMPS AMELIORE.

Au début des années 1640, Riccioli commence à travailler avec un jeune condisciple, Giovanni Grimaldi. Ensemble, ils réaliseront diverses expériences de physique et de mesures géodésiques. Ils seront les premiers à mesurer l’accélération d’un corps en chute libre. Ils se lanceront dans la mesure d’arc de méridien, pour affiner la valeur du diamètre terrestre, mais n’aboutiront qu’à des résultats imprécis. A Bologne, ils dispensent leur enseignement à un futur grand astronome : Jean-Dominique Cassini, qui deviendra le premier directeur de l'Observatoire de Paris.



En 1650, il sera le premier observateur à remarquer que l’étoile Mizar de la constellation de la Grande Ourse est une étoile double au télescope (on sait aujourd’hui que Mizar est un système quadruple constitué de deux couples d’étoiles tournant l’un autour de l’autre).

EN NOMMANT COPERNIC L'UN DES PLUS BEAUX CRATÈRES DE LA LUNE, RICCIOLI TÉMOIGNE DE MANIÈRE INDIRECTE SON ADMIRATION POUR L'ASTRONOME POLONAIS, BIEN QUE SON TRAVAIL CONSISTE JUSTEMENT A LE CONTREDIRE.


L’année suivant parait Almagestum novum, ainsi nommé en hommage au célèbre Almageste de Ptolémée. Dans cet ouvrage, Riccioli évoque l’héliocentrisme de Copernic comme une simple hypothèse. L’ouvrage renferme également une carte de la Lune, dessinée par Grimaldi, pour laquelle les deux collaborateurs ont élaboré leur propre nomenclature, attribuant par exemple aux cratères lunaires des noms de philosophes et de savants célèbres. La nomenclature lunaire de Riccioli s'opposa à celle proposée par Hevelius. En rendant hommage à ses prédécesseurs, les noms proposés par Riccioli s'imposeront, et sa nomenclature est toujours en vigueur aujourd’hui.

Riccioli réalise également de très bonnes observations de Saturne, dont il remarqua la structure d’anneaux, mais la paternité de cette découverte reviendra à son contemporain Christiaan Huygens en 1655.


Riccioli meurt à Bologne, le 25 juin 1671, à l’âge de 73 ans.

Médiateur scientifique professionnel, conférencier, auteur et astrophotographe, Sébastien Beaucourt pratique l'astronomie depuis plus de 20 ans.




Politique de confidentialité

Copyright 2020 - Le temps des Sciences

  • Facebook
  • YouTube
  • Instagram