5 conseils avant d'acheter un télescope



Vous pensez acquérir prochainement un télescope ou une lunette astronomique ? Vous avez des difficultés pour faire votre choix ? Je vous donne tous mes conseils et je vous aide à vous poser les bonnes questions avant d’acheter votre premier instrument d’astronomie.


Quel que soit votre choix, rappelez vous d'une chose :

l'instrument idéal n’existe pas et il faudra toujours trouver un compromis.


CONSEIL N°1 : PRENEZ EN COMPTE VOTRE PROPRE MOTIVATION

Avant d’envisager l’achat d’un télescope ou d’une lunette astronomique, il est un paramètre essentiel à prendre en compte, qui aura une large conséquence sur les autres : celui de votre motivation !


Posez-vous la question suivante : quelle place comptez-vous consacrer à votre passion des étoiles ? Pensez-vous contempler la Lune, les planètes et quelques nébuleuses de temps à autre, en été, avec des amis. Ou au contraire, êtes-vous prêt à passer plusieurs nuits blanches par mois et à vous déplacer pour trouver le site d’observation idéal ? Pensez également à prendre en compte la place qu’occupent déjà vos activités professionnelles ou scolaires, ainsi que votre vie familiale et sociale. Enfin, la météo est un critère déterminant. Dans le nord de la France, elle est souvent capricieuse. On peut rester plusieurs semaines sans pouvoir observer. Aussi, la moindre opportunité d’un ciel dégagé est à saisir …

Pour utiliser efficacement un instrument d’astronomie, il est préférable de connaitre un minimum le ciel étoilé. Le simple apprentissage des constellations prend un certain temps, et cette connaissance s’acquière sur le terrain, avec la pratique et une observation régulière. Si vous n’êtes pas disposé à faire cet investissement personnel de base, vous pouvez vous orientez vers des instruments entièrement motorisés capables de s’orienter tout seul, mais au risque de vous faire passer à côté d’un apprentissage passionnant et moyennant un prix plus élevé.


Pour résumé, mieux vaut éviter de se lancer dans une dépense sans relation avec le temps que vous pourrez effectivement consacrer à votre passion.


CONSEIL N°2 : PENSEZ A PRENDRE EN COMPTE LA QUALITÉ DU SITE D'OBSERVATION

Avant d’acheter un télescope ou une lunette astronomique, vous devez savoir depuis quel endroit vous allez observer les étoiles. En effet, la qualité du site d’observation vous aidera à choisir votre futur instrument d’astronomie.


Si vous observez en ville, les éclairages nocturnes vous empêcheront d’observer les nébuleuses et les galaxies. Seules la Lune, les planètes et les étoiles doubles seront accessibles. Dans ce cas, il est inutile que le diamètre de votre instrument dépasse 200 mm.

En revanche, si vous habitez à la campagne ou dans une région où le ciel est parfaitement noir, il n’y a aucune limite au diamètre de votre instrument.


Attention, si vous habitez en ville et que vous pensez vous déplacer pour vous rendre sur votre site d’observation, pensez à prendre en compte l’encombrement de votre matériel (va-t-il rentrer dans votre voiture ?) et son poids. Méfiez-vous tout de même : à la longue, transporter un télescope, et passer son temps à le monter et le démonter est vite usant.


CONSEIL N°3 : FAITES LA DIFFÉRENCE ENTRE LUNETTES ET TELESCOPES


Lunette astronomique, télescope : quelles différences ?

L'objectif d'une lunette est composé d’une lentille en verre que la lumière doit traverser. Dans un télescope, la lumière est réfléchie par un système de miroir. Dans les deux cas, les rayons lumineux vont être concentrés pour former une image en un point appelé foyer.


A diamètre équivalent, une lunette est toujours plus chère qu’un télescope. En effet, le miroir d'un télescope est beaucoup plus facile de fabriquer, et on peut le polir pour corriger ses défauts. Dans le cas d'une lunette, il faut réussir à couler dès le départ un morceau de verre sans défaut, afin que la lumière puisse traverser la lentille sans être modifiée.


Caractéristiques des lunettes et télescopes

Les lunettes et télescopes sont désignés par deux chiffres. On parlera généralement d'un télescope 115/900 ou d'une lunette 120/600. Le premier chiffre correspond au diamètre (D) de l'instrument exprimé en millimètre. Le second chiffre correspond à la focale (F) de l'instrument exprimée en millimètre.


Plus le diamètre de l'instrument est grand, plus il collecte de lumière. Plus la focale est longue, plus l'instrument est encombrant.


CONSEIL N°4 : LE CRITÈRE LE PLUS IMPORTANT, LE RAPPORT F/D


Le rapport F/D (division de la focale par le diamètre) donne la quantité de lumière collectée par l’instrument. C'est l'équivalent du diaphragme dans un appareil photo. Plus ce nombre est petit, plus l’instrument est lumineux.


Généralement, les premiers instruments amateurs possèdent un rapport F/D = 10. Ce rapport est suffisant pour les amateurs qui débutent. Ils vous permet d'observer les objets les plus lumineux du ciel, et donc les plus faciles (cratères et montagne sur la Lune, bandes nuageuses de Jupiter, anneaux de Saturne), nébuleuses brillantes, amas ouverts et amas globulaires). Cependant, si vous voulez évoluer dans vos observations, l’idéal est d’avoir un instrument avec un F/D = 5. Cela vous permettra d'accéder à des objets moins lumineux (nébuleuses lointaines ou de petites dimensions, galaxies), donc plus délicat à observer, ce qui nécessitera une certaine expérience.

CONSEIL N°5 : NE VOUS FAITES PAS AVOIR AVEC LE GROSSISSEMENT


L’oculaire est la pièce où on va placer l’œil pour regarder l’image. Composer de plusieurs lentilles, il est caractérisé par sa focale (f), indiquée sur l’oculaire (généralement entre 5 et 50 mm), ce qui permet de calculer le grossissement de l’instrument.

Trop souvent mis en avant par les vendeurs, le grossissement ne devrait jamais être un critère d'achat pour un instrument d'astronomie amateur. Pour ma part, en 20 ans d'observation, je ne me suis jamais soucié de savoir le grossissement que j'utilisais pour observer.


Si je vous dis que tel télescope grossit 100 fois, à votre avis, est ce que c'est bien ? En tout logique, vous ne pouvez pas me répondre, puisque vous ne connaissez pas la taille de l'objet que je vais grossir. Au mieux, vous pouvez toujours me dire que grossir 100 fois, c'est mieux que grossir 50 fois ! Mais cette remarque ne vous permet toujours pas de choisir votre télescope, n'est ce pas ? Faut-il acheter un télescope qui grossit 100 fois, 200 fois, 500 fois ?


Soyons sérieux. Le grossissement sert simplement à se faire une idée de la taille apparente de l’objet observé. Par exemple, un grossissement de 100 fois signifie que l’astre que vous observez apparait dans votre instrument avec un diamètre apparent 100 fois plus grand qu’à l’œil nu. Ainsi, pour savoir s’il est nécessaire de grossir une image, il est utile de connaitre la taille apparente d’un astre observé à l’œil nu ! Encore une fois, vous voyez qu'il est important de connaitre l'astronomie avec d'acheter un instrument.


Pour info, le grossissement se calcule en divisant la focale de l’instrument par celle de l’oculaire.


Exemples :

  • Un oculaire de 20 mm de focale installé sur un télescope de 900 mm de focale grossira : 900/20 = 45 fois.

  • Un oculaire de 10 mm de focale installé sur un télescope de 900 mm de focale grossira : 900/10 = 90 fois.

  • Cependant, un oculaire de 20 mm de focale installé sur un télescope de 1200 mm de focale grossira : 1200/20 = 60 fois.


Mais attention :

  • Plus on grossit, plus l’image s’assombrit.

  • Plus on grossit, plus on amplifie le déplacement apparent des astres. Au-delà d’un grossissement de 100 fois, une motorisation de la monture devient indispensable.

Médiateur scientifique professionnel, conférencier, auteur et astrophotographe, Sébastien Beaucourt pratique l'astronomie depuis plus de 20 ans.


16 vues

Politique de confidentialité

Copyright 2020 - Le temps des Sciences

  • Facebook
  • YouTube
  • Instagram